Avant de consulter un médecin ORL



Avant de consulter un médecin ORL (oto-rhino-laryngologiste) il est important d’évaluer votre qualité auditive (via un audiogramme, synonyme de "examen audiométrique" par l'entremise d'un rendez-vous avec un audiologue).

Vous pourrez néanmoins noter chez vous - s'il y a lieu - des signes avant coureurs d’une possible perte auditive.

Examens medicaux et questionnaires pour la personne acouphene

SIGNAUX DÉNOTANT LA POSSIBILITÉ DE PERTES D'AUDITION CHEZ VOUS:



Examen médical pour perte d'audition


  • Parler trop fort.

  • Faire répéter les personnes avec qui vous échangez.

  • Tendre l’oreille pour entendre.

  • Ne pas suivre une conversation.

  • Ecouter toujours de la même oreille.

  • Répondre à retardement.

  • Sembler morose, indifférent.

  • Penser que les personnes mangent leurs mots.

  • Avoir du mal à entendre au téléphone.

  • Monter sans cesse le volume de la radio ou télévision.

AVANT DE CONSULTER UN MÉDECIN ORL



Avant de consulter un médecin ORL (oto-rhino-laryngologiste) il est important d’évaluer votre qualité auditive (via un audiogramme, synonyme de "examen audiométrique" par l'entremise d'un rendez-vous avec un audiologue).

EXAMENS MÉDICAUX À PASSER :




Examen médical avec stéthoscope


Si vous choisissez de consulter pour vos acouphènes, il est probable que vous aurez à passer un ou plusieurs examens médicaux, dont les plus probables seront :

  • examens audiométriques





  • le tympanogramme


Tyhmpanogramme - test du tympan de l'oreille




Transmission du son des osselets vers la cochlée


  • examens biologiques (bilan lipidique, dosage du zinc, des hormones thyroîdiennes, taux de glycémie et le mesure de la tension artérielle).





Test médical par imagerie par résonance magnétique


  • scanner (surdité de transmission)


Examen de scanner pour la surdité de transmission

QUESTIONNAIRES MÉDICAUX À REMPLIR



Si vous choisissez de consulter en médecine ou en réadaptation physique pour vos acouphènes, il est probable que vous aurez à répondre à un ou plusieurs questionnaires qui chercheront à explorer l’un ou l’autre des aspects suivants :


  • la date et les circonstances d'apparition

  • la nature des acouphènes (au niveau du ressenti)

  • l’évolution depuis l'apparition des premiers symptômes

  • l’uni ou la bilatéralité

  • la fréquence moyenne

  • les variations de l'intensité en fonction du jour et de la nuit, de la position du corps

  • l’influence des facteurs environnementaux (bruits, situation sociale)

  • Interrogations sur les antécédents



  • l’historique des traumatismes sonores ou barométrique (boîte de nuit, concert,avion,etc...)


  • QUESTIONS sur l'altération de la qualité de vie

  • impact sur le sommeil

  • impact sur la concentration et l’état psychique


Dans l’ensemble, il est question de déterminer les conséquences fonctionnelles, physiques et psychologiques, mais aussi d'évaluer l'impact d'un traitement donné.

LA LISTE DES MEDICAMENTS TOXIQUES POUR L'AUDITION



De nombreux
médicaments présentent une toxicité pour l’audition :

  • les antalgiques au long cours : l’utilisation fréquente de paracétamol, l’aspirine ou d’AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens: diclofénac, ibuprofène, indométacine, Kétoprofène, etc.) affecte l’acuité auditive et ce d’autant plus qu’on est jeune et de sexe masculin. Mais de ces classes médicamenteuses, c’est le paracétamol qui semble le plus toxique puisque 99% de ses utilisateurs réguliers de moins de 50 ans y seraient sensibles, contre 61% chez les consommateurs habituels d’AIN et 33% chez ceux d’aspirine.

  • la codéine : lorsqu’elle est utilisée durablement.

  • Certains diurétiques : dont le furosémide (Lasilix), très couramment utilisé en cardiologie. Moins couramment l’acide éthanoïque et le bulétanide.

  • Certains antibiotiques : tous les aminosides (amiKacine, gentamycine), certains polypeptides (poly myxine B, rystoseptine, vancomycine), certains macrolides (érythromycine).

  • Certains médicaments anticancéreux : bléomycine, carboplatine, cis platine moutardes azotées, vinblastine, vincristine.

  • Les antipaludéens: quinine, chloroquine.

  • Et les gouttes auriculaires: en cas de perforation du tympan.

  • (Source provenant de «  Pratique de Santé », le journal de la médecine naturelle, juin 2010, Hors-série n°34. Hors-série de « pratique et santé » n°102: l’ AUDITION).


  • Cette liste n’étant pas exhaustive vous pouvez vous référencer aux cites suivants:

  • http://www.sos-audition.org/patho/acouphene.php?id=44

  • http://www.malentendants.ch/spip.php?article16

  • http://www.surdi13.org/medicaments_ototoxiques.htm

  • http://www.acouphenes-hyperacousie.com/2008/11liste-des-medicaments_toxiques.html

  • OMS/ Liste des médicaments essentiels (LME) : http://www.who.int/"www.who.int

  • Liste alphabétique des médicaments/A: http://www.vidal.fr/"www.vidal.fr

CONCLUSION POUR LES MÉDICAMENTS OTOTOXIQUES



Il n’y a pas de traitement curatif de l’ototoxicité.

Le seul moyen d’en éviter les éviter les effets est la prévention :

  • en cas de surdité préexistante, il est préférable de toujours en informer son médecin.

  • si un nouveau médicament doit être prescrit, demander les éventuels effets secondaires ototoxiques de ce produit.

  • Pour les médicaments vendus sans ordonnance, lire attentivement la notice ou demander au pharmacien si le produit peut-être toxique.

  • connaître les premiers signes d’une ototoxicité (acouphènes, hypoacousie, vertiges).

Ces médicaments ne doivent être prescrits qu’en cas de nécessité absolue, à une dose adaptée à la fonction rénale, et en cas de doute, sous surveillance des fonctions auditives (audiogrammes) et vestibulaire.

Fermer cette publicité